AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  GroupesGroupes  
NOAH • You can hate me now... But I won't stop now



 

Partagez | 
 

 NOAH • You can hate me now... But I won't stop now

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

Just me
Date d'inscription : 08/02/2017
Messages : 106
Age : 31 ans
Célébrité : Ryan Gosling

Crédits : Blondie
Points : 645
Give me more
MessageSujet: NOAH • You can hate me now... But I won't stop now   Mer 15 Fév - 17:50



Noah O'Connel


La gloire est éphémère, seule la renommée est durable



survolez l'image
Derrière l'écran


PSEUDO ♢ T.O.M.
INVENTÉ/SCÉNARIO ♢ inventé
AUTRES COMPTES ♢ pas encore non
COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ♢ quelle question voyons
VOTRE DERNIÈRE CONFESSION ♢ new-orleans saints    
Let me introduce myself

NOM ♦️ o'connel PRÉNOM ♦️ noah ÂGE ♦️ 31 ans LIEU DE NAISSANCE ♦️ bâton-rouge, en louisiane ORIGINE ET NATIONALITÉ ♦️ américain, à fortes origines franco-irlandaises ÉTUDES/MÉTIER ♦️ pdg du dahlia noir ORIENTATION SEXUELLE ♦️ hétéro, rien de plus beau qu'une belle femme GROUPE ♦️ made in china ARRIVÉ À LA NOUVELLE ORLÉANS DEPUIS ♦️ toujours en quelque sorte AVATAR CHOISI ♦️ ryan gosling

Me, Myself & I

La détermination est la principale qualité de Noah. Il sait ce qu’il veut, il fait tout ce qu’il faut pour l’obtenir, c’est d’ailleurs grâce à cette qualité qu’il en est là où il est actuellement en même temps. Sur ou à proximité de son bureau, vous retrouverez toujours des choses à grignoter pour ce grand gourmand, que ce soit des petits gâteaux, un paquet de friandises, quelques fruits ou autres… Sinon la persuasion vous connaissez ? Parce que Noah oui ! C’est d’ailleurs grâce à cela qu’il a pu convaincre les gens de son projet du Dahlia Noir, puisqu’il avait bien besoin d’investisseurs au début. Et non, quoi qu’on en dise, son idée et son entreprise ne sont pas malsains, et ça, il a réussi à bien le faire comprendre à beaucoup de personnes, même si certains restent très réticents, sûrement trop fermés d’esprit. De son côté, il est assez fermé d’esprit par contre quand on s’approche trop de ceux qu’il apprécie. Quoi ? On appelle ça la possessivité ? Peut-être bien… D’ailleurs, quand son assistante a été draguée par une grosse boîte il y a peu de temps, il a stoppé net tout partenariat pour cet acte de trahison. Oh oui, même si elle n’a pas pensé à y aller une seule seconde, Noah n’aime pas qu’on empiète sur ses plates-bandes. Car en plus d’être impulsif, notre PDG peut être aussi très rancunier. Après qu’un ami annule une soirée à quelques heures de se retrouver, tout ça pour une occasion de se taper une femme, il a mis quelques semaines à lui pardonner. Il lui avait donc gentiment mis des faux plans pendant trois semaines pour bien lui faire comprendre qu’il n’avait pas apprécié…


Code:
<div class="identite3">[color=#FF0000]∞[/color] Ryan Gosling - [url=http://sweetmadness.forumactif.com/u4]Noah O'Connel[/url] </div>


Revenir en haut Aller en bas


avatar

Just me
Date d'inscription : 08/02/2017
Messages : 106
Age : 31 ans
Célébrité : Ryan Gosling

Crédits : Blondie
Points : 645
Give me more
MessageSujet: Re: NOAH • You can hate me now... But I won't stop now   Mer 15 Fév - 17:50



story o' my lif


la gloire est éphémère, seule la renommée est durable
Mr & Mrs O’Connel… Quelle belle histoire. Chaque conte de fée commence ainsi, et c’est un peu ce que la vie de Noah est devenue non vu la réussite qu’il touche de ses doigts depuis quelques années maintenant ? Monsieur O’Connel, jeune publiciste à la Nouvelle-Orléans rencontre à l’époque Mademoiselle Garnier, jeune serveuse dans un café sur son lieu de travail à elle. Et oui, cette demoiselle, jeune étudiante dans la finance, toute droite venue de France se laisse charmer par le jeune publiciste, et c’est ainsi que commencera leur histoire. La demoiselle avait choisi de poursuivre ses études dans cette ville aux origines française, et elle ne pensait pas qu’elle resterait dans le coin une grande partie de sa vie. Au final, ce job étudiant de serveuse avait eu du bon, puisque c’est ainsi que les deux jeunes se rencontrèrent, et commencèrent leur belle histoire. L’apothéose ? Non pas leur mariage trois ans plus tard, mais le petit Noah qui pointa le bout de son nez près de cinq ans après leur rencontre. Elle était devenue banquière, et lui toujours dans la publicité, mais chacun avait désormais son deuxième boulot, à savoir celui de maman, et de papa !

Il y a donc maintenant plus de 31 ans, Noah est né, et bien franchement, quoi dire de son enfance, si ce n’est qu’il fut bien élevé, dans une famille qui l’aimait et le chérissait. L’enfant unique, l’enfant roi, c’était un peu ce qui se passait pour lui, même si à côté de cela, le petit Nono comme l’appelait sa mère grandissait avec de belles valeurs et une bonne éducation. Et puis quand on est fils d’un père américain et irlandais, et d’une mère française, on a de quoi apprendre. Le rêve américain, l’enthousiasme qui va avec et cette envie de faire des choses, mêlé à la dureté et la chaleur des irlandais, sans oublier la délicatesse et tout simplement la classe à la française. Il n’y a pas à dire, c’était un beau petit mélange pour Noah. Un petit bonhomme grandissait dans les différentes cultures de ses origines, mais qu’il assimilait parfaitement, bien plus encore quand il allait dans sa famille en France pour les vacances d’été. La France, quel beau pays mine de rien. Ses voyages dans sa famille maternelle, il adorait ! Toute la famille du côté de son père était désormais en Amérique, alors l’Irlande, depuis la mort de son grand-père lorsqu’il avait dix ans, il n’y avait plus vraiment mis les pieds à vrai dire. Mais il gardait ses racines ancrées en lui, c’était indéniable ! Il n’y avait qu’à le voir fréquenter régulièrement les quelques pubs irlandais du coin… Mais avant d’avoir l’âge d’aller s’enfiler quelques verres de whiskey, il avait quand même dû grandir et travailler à l’école. Heureusement pour lui, il avait pu compter sur ses parents pour l’aider dans ses études. Bercé par la publicité et la créativité de son père, et les chiffres avec sa mère, Noah tapa entre les deux, en se lançant dans le marketing et la communication. Et il était doué, très doué dans ses domaines, il avait la tchatche, le côté relationnel,  le sens de l’argumentation, et donc de la persuasion. Il n’eut pas de mal d’ailleurs à décrocher un master dans ce domaine, et c’est ce qui lui permettra d’être où il en est aujourd’hui !

A sa remise de diplôme, il y eut une grosse soirée d’organisé pour l’ensemble de la promo et c’est lors de cette soirée que lui est venu du Dahlia Noir. Oui, pour faire son malin et le mec intéressant, un gars de la promo était venu avec une escort-girl à l’opposé de ce qu’il était et de ce qu’il aimait. Il s’était bien fait vanner, et lorsque quelqu’un lui a sorti qu’il aurait dû demander quelqu’un ayant un minimum les mêmes goûts que lui à l’agence d’escort, Noah eu un flash ! Et si on faisait de l’escort, mais plus classe, plus professionnel, plus cadré, et plus en adéquation avec le client ? Oh oui, au lieu de donner une fille à un homme pour la soirée, pourquoi ne pas choisir les critères, avoir quelqu’un qui nous correspond, ayant les mêmes goûts ? Mieux encore ? Besoin de quelqu’un pour un weekend en famille, une semaine de vacances avec ses potes d’enfance qu’on voit tous les deux ans ? Et bien ça deviendrait possible avec l’idée de Noah. Mieux qu’une agence matrimoniale, qu’une agence d’escort… Besoin d’une petite-amie, d’un frère, d’un meilleur ami pour X ou Y raisons, le Dahlia Noir serait là pour vous ! Une belle entreprise qui ne se cacherait pas, avec pignon sur rue, mais où les services se prendraient par internet ou téléphone exclusivement. Seul le premier contact avec le client, et les prises de renseignements se feraient sur place. Quant à ceux qui travaillent là-bas ? Des employés comme n’importe quelle entreprise, avec un salaire, un contrat de travail tout ce qu’il y a de plus légal, loin du proxénétisme ou de la prostitution. Oh oui, quelle idée géniale ! Enfin entre l’imaginer et le faire, il y avait un monde quand même !

Avec son sens de la persuasion et son talent pour le marketing, Noah avait réussi à convaincre quelques investisseurs. Par contre, la Nouvelle-Orléans, clairement pas l’endroit où ce genre d’endroit pourrait marcher. C’est donc en 2012 que Noah trouva LE spot idéal pour se lancer. Quitte à partir de la Nouvelle-Orléans, autant partir dans son deuxième pays, la France ! Retour à ses origines pour le jeune homme, il connaissait la France, et surtout Paris, il y avait passé énormément de temps avec ses parents pendant les vacances, et il parlait en plus français, c’était tout bon non ? Et puis Paris, la ville du romantisme par excellence… Il n’hésita pas une seule seconde à partir là-bas pour lancer le Dahlia Noir. Si les premières semaines furent compliquées, ça décollait progressivement, au point de faire le buzz, et que le Dahlia Noir devienne de plus en plus connu. L’agence parisienne s’agrandissait face au succès, et alors qu’il était approché par des investisseurs étrangers, il opta un an plus tard pour une ouverture à Londres. Pas de barrière de la langue au moins pour lancer l’affaire. Il passait donc son temps à vivre à Paris, mais passant beaucoup de journées à Londres pour superviser le lancement. Là, c’était vraiment le top du top pour Nono ! Le Dahlia Noir faisait parler dans tout le Royaume-Uni, et il était même surpris que cela fonctionne si bien. A tel point qu’il décida d’étendre son empire à d’autres villes européennes, à savoir Moscou et Athènes. Autour de lui, il avait développé au fil des ouvertures un véritable gros staff pour tout gérer, même si lui gardait un œil sur tous les spots du Dahlia Noir ! Bon, il avait un coup de pouce en fait avec sa fidèle assistante. Depuis trois ans, cette femme ne le quittait plus, ou presque ! Elle était là depuis le début, comme réceptionniste à Paris, mais quand il avait ouvert d’un coup la troisième et quatrième agence, il n’avait pu se couper en deux. Cette acharnée du boulot avait donc toutes les qualités pour devenir assistante, et elle était son véritable bras droit à qui il faisait désormais une confiance aveugle. Et elle l’avait bien prouvée depuis trois ans. Les deux-là faisaient la paire. Gain de confiance, après l’ouverture et le lancement réussi de Sidney, Noah repartit en Europe pour naviguer dans les quatre premiers spots, alors que Tessa supervisait et recrutait pour la nouvelle ouverture, la première sur le continent Américain ! Et comme le Dahlia Noir faisait parler de lui partout à travers le monde, la première implantation se fit à la maison, à la Nouvelle-Orléans ! Et oui, pas besoin de New-York, Los Angeles, Miami ou autre. Bien sûr, ça viendrait si ça continuait de marcher, mais rien de tel qu’un retour chez lui, à la maison avec son petit bébé qui avait si bien grandit… Bon, il y avait aussi une autre raison à ce retour directement ici… Sa marraine et tante était maire de cette belle ville, Noah avait donc eu un soutien de poids, et pas beaucoup eu besoin de batailler pour obtenir les autorisations à ouvrir ici. Et le conseil municipal avait validé le projet sans trop rechigner !

So Noah & Le Dahlia Noir… Welcome to New Orleans, and let the good times roll…


Revenir en haut Aller en bas
 
NOAH • You can hate me now... But I won't stop now
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» la hate des sorts
» Tableau de seuil Hate
» love and hate
» I hate Joffrey Baratheon
» vends noah's ark nes pal b complet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sweet Madness ::  :: La douane :: Acceptées-
Sauter vers: